Notre sélection de vidéos disponibles sur le web

 

Voici une sélection de vidéos disponibles sur le web à propos des lanceurs d’alerte :

  • Ida de Chavagnac – Lanceuse d’alerte Crédit Agricole lanceuse d'alerte Crédit Agricole

    Quand la déontologie passe après les intérêts des services commerciaux …

    Ida de Chavagnac est analyste financier et a travaillé 18 ans au #CréditAgricole. Son travail au service des « risques » consistait à donner des avis sur des demandes de crédits qui engagent la responsabilité de la banque.

    En 2010, un nouveau supérieur hiérarchique direct arrive dans son service et semble plus enclin à privilégier le service commercial que le service des risques, au détriment de la prudence exigée pour délivrer les accords de crédits. Ce positionnement fait courir de gros risques à la banque,  donc aux déposants (clients).

    Pendant 2 ans, #IdadeChavagnac essaye de résister. En représailles, elle reçoit brimades, pressions, mauvaises évaluations. Enfin à l’automne 2013, elle alerte sa hiérarchie et remonte au plus haut niveau de la banque. Elle sera licenciée en janvier 2014.

    Depuis, elle a entamé une procédure de demande de nullité du licenciement au Tribunal des Prud’Hommes, et  a déposé une plainte au pénal pour tentative de corruption pour laquelle une instruction est en cours.

  • Christian Marescaux, un professeur de médecine en terrain miné témoignage hôpital universitaire Strasbourg

    Le Pr Christian Marescaux, neurologue,  s’est heurté 7 années durant à la hiérarchie de l’hôpital Hautepierre à Strasbourg. Pour quelle raison ? Pour avoir alerté et révélé, entre autres problèmes graves, les dysfonctionnements du pôle radiologie et particulièrement l’accès à l’IRM dans des situations d’urgence AVC (accident vasculaire cérébral). Après plusieurs années de harcèlement, de « mise au placard », poursuites en diffamation avortées et autres vexations, le Pr Marescaux a été mis à la retraite en septembre 2016, sans accéder à la période de consultanat  (2 années supplémentaires de pratique) habituellement accordée aux Professeurs de médecine dans les hôpitaux universitaires.

    En juin 2016, Le mur des insoumis avait déjà publié un témoignage de 3 minutes sur l’alerte faite par le Pr Marescaux. Vous pouvez retrouver cet enregistrement dans la rubrique « témoignages » sur le site.

     

  • L’évasion fiscale nous coûte à chacun 136,24 € par mois coût mensuel de l'évasion fiscale par contribuable

    « Osons-causer » nous propose un petit récapitulatif à échelle mensuelle sur le coût de l’évasion fiscale vs la fraude sociale sur laquelle il est toujours plus facile de tomber : les fameux assistés. L’évasion fiscale, hors optimisation fiscale et autres moyens immoraux mais légaux pour les entreprises ou certains particuliers de ne pas, ou peu, payer d’impôt coûte à chaque contribuable 136,24 euro pas mois, là où la fraude sociale globale nous coûte 6,81 euro par mois. A regarder sans attendre.

     

    ARTICLE :

    Après les révélations des Football Leaks, les vidéastes d’Osons Causer reviennent sur le problème de l’évasion fiscale et estiment le manque à gagner qu’occasionne cette pratique pour le budget de l’État.

     

    lire et voir sur mediapart.fr

    publié le  Par OSONS CAUSER

  • Interview exclusive : Célhia de Lavarène, un esprit libre à l’ONU

    Célhia de Lavarène est journaliste politique et a couvert les Nations-Unies en tant que correspondante pour plusieurs médias. Elle a participé à 7 missions de l’ONU en Afrique, Asie et Europe de l’est.
    En 2001, Jacques Klein, représentant spécial de Kofi Annan en Bosnie-Herzégovine lui demande de le rejoindre pour lutter contre le trafic d’êtres humains aux fins sexuelles qui sévissait dans les Balkans.
    Elle conçoit et dirige le Special Trafficking Operation Program (STOP).
    Les expériences de la Bosnie et du Libéria ont conduit Célhia de
    Lavarène et deux policiers internationaux à créer l’ONG STOP : Stop Trafficking Of People pour venir en aide et protéger les victimes de trafic sexuel, essentiellement des jeunes femmes et des enfants.
    Son ONG tente d’alerter les pouvoirs publics des pays dans lesquels les victimes sont repérées. Souvent, sans succès. Elle livre ici son combat quotidien pour faire exister son organisation, et la défaillance des états.

    Découvrez l’interview complète dans l’Espace Abonnés.

    Extraits :

  • Interview exclusive : Yasmine Motarjemi, seule face à Nestlé

    Yasmine Motarjemi, scientifique, était en charge de la sécurité alimentaire à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Repérée par Nestlé, elle fut engagée en 2000 par le groupe en tant que cheffe de la sécurité alimentaire au niveau mondial.
    Rapidement, elle constate des dysfonctionnements qu’elle rapporte à sa hiérarchie. Il en résulte des mesures de représailles qui, à leur tour causent d’autres dysfonctionnements. Cette situation hautement préjudiciable a été la source de divers incidents à travers le monde, dont des cas d’étouffements récurrents de bébés en France avec des produits Nestlé.
    La dégradation de la situation l’a conduite à donner officiellement l’alerte en interne et à demander un audit de la sécurité alimentaire, toujours refusé. Conséquence de cette approche sécuritaire et éthique ? … représailles, harcèlement, mise au placard … et licenciement.
    Yasmine Motarjemi est en procédure judiciaire contre Nestlé depuis 6 ans.

    Découvrez l’interview complète dans l’Espace Abonnés.

    Extrait :

  • Interview exclusive : Stéphanie Gibaud, une histoire d’évasion fiscale stéphanie gibaud UBS

    En 2008, après 8 années passées chez UBS en tant que responsable du marketing et de la communication, Stéphanie GIBAUD découvre que cette banque a industrialisé des processus d’évasion fiscale et que le coeur de métier de la banque pour laquelle elle travaille est l’offshore.
    Suite à une perquisition dans le bureau du Directeur Général d’UBS France, Stéphanie va refuser d’exécuter un ordre de destruction de fichiers … après avoir été harcelée, ce refus va la conduire à fréquenter l’inspection du travail, les tribunaux, les services de renseignements, les douanes françaises, les ministres, les députés, le parlement européen, les plateaux de télévisions et les studios de radios.
    Nous sommes en 2016, UBS n’est toujours pas condamnée. Stéphanie est sans ressources depuis 5 ans.

    Découvrez l’interview complète dans l’Espace Abonnés.

    Extrait :


 

Tags: ,

Découvrez d'autres articles :

Laisser un message