En Alsace, la plus grande nappe phréatique d’Europe est menacée par les « déchets ultimes » de Stocamine

Les habitants du Haut-Rhin attendent la décision de la Préfecture : ensevelissement définitif ou extraction des 44.000 tonnes de rebuts placés à 500 mètres sous terre dans des galeries qui s’effondrent ? L’enjeu est de taille, ces déchets industriels hautement toxiques risquent de contaminer la plus grande nappe phréatique d’Europe.

ARTICLE :

Dans le Haut-Rhin, 500 mètres sous terre, les galeries s’effondrent lentement sur les 44.000 tonnes de #déchets hautement #toxiques du centre de #stockage #Stocamine. Les habitants se mobilisent pour que ces rebuts soient extraits avant qu’ils ne contaminent la plus grande #nappephréatique d’Europe. Mais la préfecture pourrait prochainement autoriser leur #ensevelissement définitif.

Sous plusieurs centaines de mètres de marnes et de sel, plusieurs dizaines de mineurs s’activent. Silhouettes revêtues d’épaisses combinaisons blanches, visages dissimulés sous des masques filtrants, ils arpentent sans trêve les quelque cent kilomètres de galeries où dorment arsenic, amiante, cyanure et mercure. 44.000 tonnes de ces déchets industriels dits ultimes, impossibles à recycler et d’une extrême #dangerosité, sont entreposées dans ce centre de stockage unique en France. Son nom : Stocamine.

Creusé dans les anciennes mines de potasse Joseph-Else, à Wittelsheim (Haut-Rhin), le centre est fermé depuis septembre 2003. Mais sa liquidation définitive se révèle un casse-tête #environnemental : faut-il extraire tous les sacs – appelés « big bags » – et fûts de déchets avant de condamner le site, ou peut-on enfouir ces #rebutstoxiques 500 mètres sous terre ?

 

lire sur reporterre.net

publié le 13 mars 2017

Découvrez d'autres articles :

Laisser un message