Le gouvernement roumain résiste aux appels à la démission

Des milliers de manifestants ont obtenu ce week-end l’abrogation d’un décret contesté permettant l’assouplissement de la loi anticorruption, mais le gouvernement roumain, au pouvoir depuis à peine un mois, a rejeté ce jour les appels à la démission lancés par les citoyens et adopte un ton de défi face à la contestation.

 

ARTICLE :

Le gouvernement social-démocrate #roumain, au pouvoir depuis à peine un mois, a rejeté lundi les appels à la démission lancés par des milliers de manifestants, qui ont déjà obtenu ce week-end l’abrogation d’un décret contesté sur la #corruption.

BUCAREST (Reuters) – Le gouvernement social-démocrate roumain, au pouvoir depuis à peine un mois, a rejeté lundi les appels à la démission lancés par des milliers de #manifestants, qui ont déjà obtenu ce week-end l’abrogation d’un décret contesté sur la corruption.

Face au plus vaste mouvement de contestation depuis la chute du communisme en 1989, le gouvernement de Sorin Grindeanu a retiré dimanche ce décret dépénalisant certains faits de corruption concernant des sommes inférieures à 200.000 lei (44.200 euros).

Mais il doit désormais retrouver la confiance des Roumains, dont plusieurs dizaines de milliers scandaient dimanche soir: « Nous ne vous croyons pas, nous n’abandonnerons pas. »

Certains manifestants, parmi les 250.000 recensés à Bucarest, ont promis de revenir chaque jour dans la rue jusqu’à ce que l’abrogation du décret soit confirmée par le Parlement, où le Parti social-démocrate (PSD) est largement majoritaire avec son allié ALDE.

Après avoir présidé une réunion de l’état-major de son parti, le chef du PSD, Liviu Dragnea, principale cible de la colère des manifestants, a adopté un ton de défi face à la contestation.

 

lire sur mediapart.fr

publié le 6 février 2017

Découvrez d'autres articles :

Laisser un message