Essai clinique de Rennes : ouverture d’une nouvelle enquête après l’AVC d’un autre volontaire

Suite à l’information judiciaire ouverte en juin  pour « homicide et blessures involontaires », le parquet de Paris a ouvert une nouvelle enquête judiciaire pour déterminer les causes de l’AVC d’un volontaire ayant participé à l’essai clinique de Rennes fin 2015. Un autre participant à l’essai s’est constitué partie civile.
ARTICLE :
Une nouvelle enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour déterminer les causes de l’AVC d’un volontaire ayant participé à l’essai clinique de Rennes, en novembre 2015.

Le parquet de Paris a ouvert une nouvelle enquête judiciaire pour faire la lumière sur les causes de l’AVC d’un volontaire qui avait participé à l’essai clinique de Rennes, marqué en janvier 2016 par le décès d’un patient et l’hospitalisation de cinq autres.

Après une enquête préliminaire, le parquet avait ouvert en juin une information judiciaire pour « homicide involontaire » et « blessures involontaires » confiée à des juges d’instruction. A ce stade, aucune mise en examen n’est intervenue mais le volontaire d’un autre groupe, qui avait participé en novembre 2015 à un programme de cet essai, avait décidé de se constituer partie civile pour être reconnu comme victime de l’essai clinique du BIA 10-2474, une molécule du laboratoire portugais Bial censée soulager douleur et anxiété.

 

Lire sur lci.fr

publié le 10 janvier 2017

Découvrez d'autres articles :

Laisser un message