« Dieselgate » : un rapport dénonce l’inaction de Bruxelles et des Etats membres

Un rapport provisoire du Parlement européen daté du 19 décembre estime que la commission savait depuis plus de 10 ans que les moteurs mis sur le marché par certains constructeurs étaient plus polluants qu’annoncé et que les mesures effectuées en laboratoire  pouvaient être faussées par un logiciel truqueur.

ARTICLE :

Un rapport provisoire du Parlement européen estime que la Commission savait depuis 2005 que certain moteurs étaient plus polluants qu’annoncé.

La Commission européenne savait depuis 2005 au moins que les moteurs mis sur le marché par certains constructeurs étaient plus polluants qu’annoncé et, depuis 2011, que les résultats de mesures en laboratoire pouvaient être faussés par un logiciel truqueur : on en avait retrouvé aux Etats-Unis. Elle a toutefois privilégié l’idée que ce sont les tests qui posaient problème et pas les moteurs.

Pas plus que les Etats membres, la Commission n’a donc pas agi à temps pour éviter le « dieselgate ». Cette inaction ajoutée à un flou juridique et à un manque de suivi administratif est à l’origine du scandale, estime un rapport provisoire du Parlement européen dévoilé lundi 19 décembre.

lire sur lemonde.fr

LE MONDE ECONOMIE |   | Par  Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen)

 

Découvrez d'autres articles :

Laisser un message