JO 2016: La lanceuse d’alerte russe Ioulia Stepanova craint pour sa vie

DOPAGE : La lanceuse d’alertes russe et son mari se sentent plus que jamais en insécurité depuis que plusieurs données confidentielles les concernant ont été piratées…

C’est depuis les Etats-Unis et très inquiète pour sa sécurité que la #lanceusedalerte russe a tenu lundi 15 août une vidéoconférence avec quelques dizaines de journalistes du monde entier. « Je veux que vous sachiez que s’il nous [elle et son mari #VitalyStepanov] arrive quelque chose, ce ne sera pas un accident », a-t-elle notamment déclaré, indique Le Monde.

>> A lire aussi : Quatre champions olympiques dopés? Des «spéculations» visant à salir l’image du pays

Une famille d’accueil pour son enfant de 2 ans en cas de malheur

L’athlète russe explique dans cette conférence craindre pour sa #sécurité depuis que certaines données confidentielles d’envergure concernant le couple de #lanceursdalerte ont été piratées, en fin de première semaine des #JO.

>> A lire aussi : Quatre sportifs contrôlés positifs depuis le début des Jeux, dont un médaillé de Londres

« Quand mon e-mail s’est retrouvé bloqué, on s’est dit que cela pouvait être un accident et on ne s’est pas trop inquiétés. Mais quand nous avons vu que le compte #Adams l’était aussi, cela nous a alertés, car le seul intérêt qu’aurait quelqu’un de pirater votre compte Adams est de découvrir l’endroit où vous habitez », a expliqué #IouliaStepanova, qui a déménagé dans la précipitation avec son mari et leur enfant de deux ans, pour qui le couple a déjà trouvé une famille d’accueil s’il venait à leur arriver malheur.

« Si tu parles, tu n’iras jamais aux Jeux olympiques »

Ioulia Stepanova est en outre revenue sur son interdiction de participer aux #Jeuxolympiques de #Rio de Janeiro, et à la participation d’autres athlètes initialement exclus. « Si tu parles, tu n’iras jamais aux Jeux olympiques », résume-t-elle. « Ioulia avait plus de chances d’être à Rio en restant dans le système, en se dopant. Elle a changé de voie, a commencé à concourir honnêtement. Et le #CIO a dit : “C’est une bonne intention, mais on s’en fout” », a pour sa part rebondi Vitaly Stepanov.

lire sur 20minutes.fr

Publié le 

Découvrez d'autres articles :

Laisser un message