James Dunne

Responsable de la documentation technique chez Qosmos, il se rend compte que son entreprise vend les logiciels espions qu’ils développent aux dictatures libyennes et syriennes afins que ces régimes puissent écouter leurs opposants.



Tous les articles sur James Dunne :

  • James Dunne, affaire Qosmos, gagne aujourd’hui son procès en diffamation ! James Dunne gagne en diffamation contre QosmosC’est aujourd’hui 26 janvier que nous attendions le résultat de la procédure en diffamation lancée par Qosmos contre son ancien employé, #JamesDunne, qui avait révélé que l’entreprise vendait des logiciels de #surveillance de masse aux dictatures libyennes et syriennes, avec l’aide de l’état français. Qosmos a été débouté de ses demandes, également à l’encontre de ... Lire l'article.


  • Argent libyen : la Sarkozie sur écoute Argent Libyen la droite sur écouteVous n’avez pas pu entendre #secretsdinfo sur France Inter samedi ? Je vous invite à combler cette lacune et à écouter cette enquête édifiante à mettre en regard avec le témoignage de #JamesDunne, lanceur d’alerte dans l’affaire #Qosmos sur la surveillance de masse en #Libye et en #Syrie … et la plus que probable implication ... Lire l'article.


  • James Dunne : surveillance de masse en Libye et en Syrie surveillance de masseDe Eagle à Asfador, ou comment la France participait à la surveillance de masse en Libye et en Syrie. James Dunne est entré chez Qosmos en 2005. Responsable de la documentation technique, il se rend compte que son entreprise participe à la fourniture des systèmes de surveillance de masse aux dictatures libyennes et syriennes, afin que ces ... Lire l'article.


  • Bernard Cazeneuve questionné sur le programme de surveillance IOL en France Les récents articles de Reflets et Mediapart n’ont pas laissé insensible le sénateur #AndréGattolin. L’élu écologiste vient d’interroger le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve sur l’existence d’un programme de #surveillance visant l’ADSL dès 2009. #IOL, pour « #interceptionsobligatoireslégales » ou plutôt « interceptions obligations légales ». Tel serait le programme mis en place voilà 7 ans et visant à assurer, par des sondes, ... Lire l'article.


  • Cybersurveillance : l’homme qui a dit non au business avec Bachar al-Assad C’est l’histoire d’un “homme ordinaire qui se trouve devant une situation extraordinaire”. En citoyen, James Dunne a eu un simple “cas de conscience”. Employé chez Qosmos, une société française de surveillance en affaire avec la Syrie de Bachar al-Assad, l’Irlandais n’a pu accepter l’insoutenable. Le Printemps arabe, la répression, la complicité de tortures. Dans son modeste appartement ... Lire l'article.


Découvrez d'autres articles :

Laisser un message